vendredi 26 février 2016

Brèves de bavardes, petites et grandes hontes


Dans le couloir de la crèche, alors qu'un papa attendait sagement que sa compagne aille récupérer leur bébé, petite discussion impromptue entre mes chipettes :

Ma Poussinette, qui soulève son t-shirt "moi, bobo, là", en montrant un grain de beauté sur son torse.


Pimprenelle qui lui répond "mais non, c'est pas un bobo, c'est un grain de beauté, un GRAIN DE BEAUTE. Moi aussi j'en ai un, sur le kiki, sur le KI-KI" (au cas où tout le monde n'aurait pas entendu la première fois -_-)


Et encore, j'ai eu de la chance, elle ne lui a pas montré ^^ Le monsieur est resté stoïque, pendant que je grommelais des "chuuut" intempestifs :)

-------------


Toujours à la crèche (ça les inspire, on dirait), j'ai laissé gentiment ma Pimprenelle dans le couloir, pour aller chercher sa soeur. A notre retour, je la vois en grande conversation avec une maman, qui venait elle aussi chercher sa fille.


Elle me regarde et me dit "elle est rigolote, votre fille" (oula, je m'attends au pire ^^)


"Oui, elle me dit que son papa, il va souvent aux toilettes et il fait beaucoup pipi"

Et là, évidemment j'explose de rire, et ma Pimprenelle qui me regarde "ben quoi, c'est vrai !"


Ah, ah, ah, celle-là, je m'en remets toujours pas ^^ Bien sûr, je me suis empressée de le raconter à MrGeek, et j'ai encore plus ri à sa mine dépitée "Mais non, voyons, Pimprenelle pourquoi tu dis ça ? C'est pas vrai !" et elle de surenchérir "si, c'est vrai papa, hein, maman, j'ai raison ?" J'ai choisi la neutralité sur ce coup :)



lundi 22 février 2016

{DIY} Oh, les jolies cocottes



Hello, hello,


Encore un petit bricolage comme on les aime ici : des jolies cocottes, réalisées à partir d'une boîte d’œufs. Elles sont très faciles à réaliser par les enfants (à part l'étape découpage) et nécessitent peu de matériel. Je les imagine très bien pour Pâques, garnies avec un œuf en chocolat :)

Pour réaliser ces petites poulettes, il vous faudra : 

une boîte d’œufs (qui permet de réaliser 6 cocottes en s'y prenant bien pour découper)
de la peinture
un feutre Posca jaune pour le bec, un feutre noir pour les yeux
des plumes
de la colle ou du scotch
un pompon / un œuf en chocolat (!)

On commence par découper les cocottes dans la boîte, en essayant de préserver au maximum les alvéoles (pour pouvoir placer un œuf ensuite). On découpe une partie plus longue dans les "pics" de la partie centrale, dont on replie le bout pour faire la tête. Voici en image ce que ça donne : 



Je vous avoue que j'ai dû y réfléchir à deux fois avant de découper ^^ (je suis nulle en représentation dans l'espace !).

Ensuite, il suffit de peindre, et de patienter pendant que tout ça sèche tranquillement.


On peint le bec et on dessine les yeux (on peut aussi coller des petits yeux en plastique, qui leur donnent un air rigolo). On colle ensuite les plumes à l'arrière, avec du scotch ou de la colle.



Après, soit on la laisse comme ça, soit on la garnit, avec un œuf en chocolat, ou bien, comme nous, avec un gros pompon.

Et ensuite, on peut être fier comme tout de sa jolie poulette, s'amuser à la nourrir ou l'emmener en balade !

lundi 15 février 2016

Le dico des chansons de PomPom


En ce moment, avec ma Poussinette, on a un nouveau rituel du dodo (rapport à ça ....), et donc, pour que mademoiselle accepte de rester dans son lit, et qu'elle passe doucement en phase d'endormissement après les (nombreuses) histoires du soir, je lui chante des chansons, ou plutôt, elle me réclame des chansons ^^ Et comme il faut encore souvent un décodeur pour comprendre ce qu'elle raconte, parfois, à sa grande frustration, je mets du temps à trouver (d'ailleurs, il y en a un certain nombre qui restent toujours mystérieuses pour moi ^^). Si jamais vous avez une idée ...-

Il y a les faciles ...

"Tu dors" = Meunier, tu dors
"Le loup" =  "Promenons nous dans les bois"
"To'tues" = "La famille tortue"
"Colas" = "Oh grand St Nicolas" (et oui, ici, celle-ci fait partie de nos classiques !)

Les plus compliquées ...

"Ni ni nette" = Dodo dinette
"ve vet" = Une souris verte
"li vé vé, vé vé vé" = Oui, oui, on parle bien de la Reine des Neiges "Libérée, Délivrée", j'ai mis du temps à la trouver celle-là !
"Cococo" = "Ah les crocrocro les crocodiles"

Et les mystérieuses ...

"Papapoum" ???
"Tape, tape, canards" ... hum, je n'ai absolument aucune idée de quelle chanson il peut s'agir, au grand désespoir de ma Poussinette
"no nomme" = j'en ai déduit qu'il s'agissait de la chanson du "bonhomme", donc de "Pirouette Cacahouète", mais j'avoue que sur ce coup là, je ne suis pas hyper sûre de moi ^^ 




mercredi 10 février 2016

{DIY} Des masques de lion pour carnaval


L'année dernière, nous avions fait un masque de girafe. Cette année, les filles ont choisi des lions.

Pour Pimprenelle, on a craqué pour le modèle repéré sur le blog de Mme Citron, en feutrine. Difficile à réaliser par un enfant, Pimprenelle m'a quand même aidé à découper (elle adore découper et elle se débrouille plutôt bien : je la laisse faire le gros et je fais les finitions), à choisir les couleurs, et elle a surveillé mon travail :) Le résultat est vraiment très chouette, Pimprenelle était enchantée, elle qui adore se déguiser.


Quelques petites astuces et conseils : il vaut mieux choisir une feutrine assez rigide, la mienne, premier prix, convient, mais ce n'est pas l'idéal. J'ai utilisé mon pistolet à colle pour assembler les différents morceaux, avec de la colle classique, cela ne tenait pas suffisamment bien. Pour le système d'attache, j'ai fait un tout petit trou, (plus petit que celui dessiné sur le modèle), et j'ai glissé l'élastique dedans, bloqué par des petits noeuds (je ne sais pas vous, mais moi, c'est LA partie qui me cause le plus de soucis en général, faire tenir correctement le masque, sans que ce soit désagréable pour mes minies ^^)







Non, vous ne rêvez pas, c'est un petit Lion, reine des Neiges ^^

Avec Poussinette, on est parti sur le même principe que la girafe, à partir d'une boîte d'oeufs. On s'est inspiré de ce modèle .


Ce qui est chouette, c'est qu'on peut tout faire à partir de la boîte d'oeufs. J'ai juste plutôt opté pour une crinière en feutrine. Bon, par contre, je vous conseille vivement de coller tous les éléments avant de peindre, parce que, je ne sais pas trop ce qu'il s'est passé, mais j'ai vraiment eu du mal à tout faire tenir ... (surtout avec des manipulations d'enfants ...).

Pour ce masque, vous aurez besoin de : 

* une boite d'oeufs
* un bouchon de bouteille (pour le nez du lion), noir ou que vous aurez pris soin de peindre en noir au préalable,
* de la feutrine noire ou du papier noir (pour les moustaches)
* de la feutrine / papier orange pour la crinière
* de la peinture jaune

On commence par découper et coller l'ensemble des éléments de la tête, puis on peint en jaune (dans le tuto initial on vous conseille de commencer par passer une première couche de blanc, c'est vrai que c'est mieux pour un résultat final plus soigné, mais moi je bricole avec mes filles, et de toute façon, la durée de vie de ce genre de bricolages est limité, alors je fais vraiment au plus simple !!).

On finit par coller le bouchon pour le nez, et les moustaches en feutrine. Pour la crinière, j'ai fait le contour de la boîte et j'ai découpé en laissant une marge d'un centimètre environ pour la coller à l'arrière du masque. 

L'avantage de ce modèle c'est qu'on peut le réaliser facilement avec les enfants (sous réserve qu'on ne soit pas trop maniaque et qu'on accepte le côté imparfait des choses, mais c'est la base quand on bricole avec ses kids !). Ma 2 ans était ravie de participer, elle aime de plus en plus bricoler.





Oui, c'est flou, mais je n'ai pas pu faire mieux, impossible de la faire coopérer sur ce coup-là :)

mardi 2 février 2016

{DIY} Toujours Rudolph le Renne

Après la version Rudolph en rouleau de papier toilette (cela me fait penser que je ne vous ai pas montré le super traineau réalisé par Pimprenelle avec notre ribambelle de rennes), je vous présente Rudolph le Renne, version bouchon.

Une activité réalisée avec ma toute petite, ma Poussinette, pour un dimanche après-midi en duo, la première qu'on partage juste elle et moi. Elle était ravie et fière, concentrée et appliquée.

Pour réaliser ces mignons petits rennes, il vous faudra :

* des bouchons,
* de la peinture marron (ou un mélange de noir et de rouge, si comme moi, vous n'en n'avez pas sous la main)
* des petits yeux en plastique
* des touts petits pompons rouge pour le nez
* de la feutrine marron pour les bois

La seule opération qui prend un peu de temps, c'est de découper les bois des rennes, dans une bande de feutrine de 3 cm environ. Si vous pouvez anticiper, c'est mieux pour les minis impatients. Prévoir aussi une petite activité pendant le temps de séchage des bouchons, c'est loooong pour les petits :)

Amusez-vous bien !




lundi 1 février 2016

Pimprenelle, l'école et moi



Quand Pimprenelle est entrée à l'école, il y a un an et demi maintenant, c'était finalement ma rentrée de maman à moi aussi. Je ne savais pas si j'allais être plutôt maman cool, maman poule ou maman stressée.

Enfant, l'école a toujours tenu une grande place pour moi. J'ai eu des parents très exigeants, il était inconcevable de manquer un jour sans une raison plus que valable, et j'ai eu parfois l'impression d'avoir une grosse pression sur mes épaules (mon père surtout, pour qui j'avais le sentiment que ce n'était jamais assez bien, c'est très frustrant !). J'ai un sentiment ambivalent par rapport à tout ça. J'ai toujours été plutôt une élève modèle, me fondant assez bien dans le moule, mais finalement, j'ai assez peu écouté ce qui me plaisait vraiment à moi. J'ai fait des maths et de la physique à en être écoeurée, alors que moi, j'aimais les livres, le français, l'histoire... Oui, mais voilà, ça n'était pas le chemin tout tracé pour les bons élèves, et j'étais assez peu sûre de moi et de mes choix pour m'imposer. J'ai fini par faire une classe prépa, puis une école de commerce, pour finalement changer radicalement de voie et travailler dans une association de solidarité, où je me sens enfin à ma place. Je ne regrette pas, j'ai acquis tout un tas de compétences qui me sont très utiles aujourd'hui, mais j'aurais pu sûrement être plus épanouie et trouver plus rapidement ma voie sans cette pression liée à l'école (mais ce ne sont que des hypothèses, bien sûr).

Alors forcément, mon parcours scolaire influence un peu la maman que je suis aujourd'hui et mon rapport à l'école. De tout ceci, j'ai gardé un grand respect pour l'école, il faut être à l'heure, j'ai du mal avec l'école buissonnière, je me sens toujours mal à l'aise, un peu coupable, comme si j'allais me faire gronder ^^Je suis très exigeante par rapport à l'orthographe, au soin, à la présentation, j'aime le travail bien fait. 

Je trouve important que Pimprenelle aime l'école, mais je suis aussi très attentive à ce qu'elle s'y sente bien, libre et épanouie. Je me méfie comme la peste de l'école (en tant qu'institution, en général, je ne parle pas spécialement de l'école de Pimprenelle) qui enferme les enfants dans des cases, en bridant leur imagination et en cassant leurs rêves et leurs espoirs. La première année, j'ai eu un peu peur, avec une maîtresse de français peu chaleureuse et accueillante. Mais finalement, la chance de la classe bilingue c'est aussi d'avoir 2 maîtresses, et avec la maîtresse d'allemand, le contact était très agréable. Ce premier contact avec l'école que je trouve tellement important... Pour moi, c'est primordial d'avoir des enseignants disponibles, et capables de s'adapter à des enfants si petits. Cette première expérience conditionne beaucoup de choses. Mieux vaut partir du bon pied dans son parcours scolaire.


Moi qui avait peur de retrouver ce stress qui ne m'a presque jamais quitté pendant toutes ces années d'école (la peur de la mauvaise note ...), je me découvre plutôt détendue par rapport au parcours de Pimprenelle, à ses acquisitions. Je lui fais confiance, et je me fais confiance pour ne pas dépendre totalement de l'école pour l'éducation et les apprentissages de ma fille. Je veux dire par là que, oui, les enfants découvrent beaucoup de choses à l'école, mais la maison peut aussi être un terrain d'apprentissages informels extraordinaire. Je ne me sens pas passive et totalement dépendante pour sa découverte des chiffres, des lettres, ou encore de la lecture, ... Dans les cahiers de Pimprenelle, il n'y a pas que des petits bonhommes verts qui sourient, il y en a parfois des oranges ou des rouges. A aucun moment, je ne l'ai pris comme une sanction, d'ailleurs, Pimprenelle non plus. Je pense que les maîtresses ont parfaitement expliqué la signification de ces "couleurs" et les conclusions que nous, parents devions en tirer. Je ne me suis jamais affolée ou révoltée par rapport à tout ça. Pour le moment, je me trouve plutôt sereine.

Pendant longtemps, je n'ai, par exemple, jamais vu ma Pimprenelle dessiner de formes identifiables, pas de bonhomme ou de maison, mais plutôt des explosions de couleurs, des feux d'artifices, des tâches colorées ... J'ai failli commencer à m'inquiéter un peu (c'est difficile de s'empêcher de comparer avec les autres enfants, et puis, j'ai un petit neveu qui dessine tellement bien). Je me suis retenue plusieurs fois de demander à Pimprenelle de me dessiner un petit bonhomme ("allez, pour me faire plaisir, ma chérie" ... pour me rassurer aussi ^^), et puis, la veille des vacances de la Toussaint, elle est rentrée avec son cahier de l'école, et dedans, il y avait un joli bonhomme, personnalisé à la Pimprenelle bien sûr, mais il était là et parfaitement identifiable. Alors je me suis dis que j'allais continuer à la laisser dessiner comme elle a envie, à lui faire confiance et lui laisser cet espace de liberté. 

Pareil pour les lettres, là où certains de ses camarades écrivent / recopient leur prénom depuis longtemps, je n'avais jamais vu ma Pimprenelle tracer une lettre (je suis plutôt du genre à me retenir de l'embêter avec ça, même si parfois ça me travaille), et puis, presque du jour au lendemain, elle a barbouillé une feuille entière avec toutes les lettres qu'elle connaissait, en me demandant de lui dire quel mot cela faisait, on a bien rigolé ce jour-là, de tous ces mots imaginaires. 



Ca n'est pas facile, en tant que parent, de trouver le juste milieu entre confiance et vigilance. J'essaye de garder les yeux grand ouverts, de parler avec ma Pimprenelle (ou plus exactement, dans notre cas, je me retrouve bien souvent à l'écouter parler, je vous ai déjà dit que c'était une grande bavarde ? ^^), mais aussi - et j'ai conscience de ma chance - pour le moment, j'ai une grande confiance en ses maîtresses, que je trouve bienveillantes et dont j'aime beaucoup la démarche auprès des enfants.

J'espère garder mon recul et ce regard apaisé sur la scolarité de mes filles (j'ai conscience que ce ne sera pas toujours aussi facile, le plus difficile étant devant nous), j'espère que ma Pimprenelle, elle, gardera ce plaisir d'aller à l'école et d'apprendre, j'espère enfin que l'école continuera à jouer pleinement son rôle dans l'accompagnement de mes enfants, de manière bienveillante et positive. 

A la rentrée prochaine, c'est ma Poussinette, qui va aller à l'école à son tour, ma petite fille sensible et douce. J'espère que l'école saura l'accueillir en douceur.