jeudi 30 janvier 2014

Poursuivre son allaitement au-delà de 6 mois

Poussinette à 6 mois : 68cm et 6kg400

Ok, elle n'est pas bien grosse ma chipette, mais elle ne l'a jamais été, elle reste sur sa courbe, les petits pointillés du bas, mais donc tout à fait dans la norme quand même.

Mais visiblement, cela commence à poser problème à Mr mon Pédiatre, que j'ai vu pour les 6 mois de mon bébé .... 

Il pense que ma fille grossit peu (elle grossit quand même régulièrement hein !), parce qu'elle n'a pas assez à manger (sous-entendu, je n'ai pas assez de lait pour elle), et il voudrait que je rajoute un biberon de lait infantile. Je ne sais pas bien ce qui l'amène à ces conclusions en fait, il n'a même pas pris la peine de me demander comment je m'organisais. Parce que, il se trouve que j'apporte 2 biberons de 180 à 190ml à la crèche, et que donc ma Poussinette mange largement à sa faim puisque, systématiquement, elle ne finit pas ses biberons. J'échange d'ailleurs beaucoup avec sa référante, qui me confirme que c'est un bébé repu à la fin de ses repas, une petite fille joyeuse et souriante. Non, non, elle ne passe pas ses journées à pleurer et à hurler de faim, désolée ! 

Il pense aussi que bon, maintenant, il serait temps d'arrêter de l'allaiter la nuit, donc il faut la caler avec un biberon de lait infantile le soir... en me précisant "je dis ça pour vous". Ben voyons, c'est lui qui se lève la nuit peut-être ? Cette fois-ci, j'ai quand même eu la présence d'esprit de lui dire que cela ne me dérangeait absolument pas de me lever pour mon bébé (et j'aurais dû ajouter que ça n'était franchement pas son problème ...).

Je suis sortie un peu dépitée de ce rendez-vous, on me fait culpabiliser en me laissant entendre que je ne suis pas capable de nourrir mon bébé, on me fait douter de moi-même, sans prendre le temps de réellement regarder ma fille, qui est en pleine forme. A croire qu'en poursuivant mon allaitement au delà de ses 6 mois, je mets ma fille particulièrement en danger ? On dirait que c'est quelque chose d'hors normes, ou en tout cas qui dérange ...

A croire aussi que, parce que je continues à allaiter mon bébé, je refuse de diversifier son alimentation (même si, personnellement, je ne vois pas bien le rapport, un bébé sevré de 6 mois continue à boire du lait, alors quelle différence qu'il vienne de mon sein ou du supermarché ?! Le monde à l'envers franchement .. les gens sont plus surpris que je donne du lait humain à mon bébé humain de 6 mois, plutôt qu'une préparation industrielle ...).Et je confirme quand même (on ne sait jamais), que je propose régulièrement, depuis ses 5 mois, légumes et fruits à mon bébé, histoire qu'elle découvre progressivement goûts, textures, saveurs, odeurs, ...

Ma Poussinette prend donc, actuellement, deux biberons de lait maternel à la crèche, un de 100ml environ à midi, et 180ml au goûter. Elle prend aussi une dizaine de cuillères de légumes, et quelques cuillères de compote, mais sans plus, cela ne l'intéresse pas beaucoup. Très vite, elle repousse la cuillère et elle serre obstinément ses petites lèvres, impossible de lui faire ouvrir la bouche ! Pour moi, aucun soucis, il n'y a pas d'urgence, et je n'ai pas envie d'en faire une situation de conflit et de crispation, l'alimentation doit rester un plaisir. Pour le moment, rien ne presse, je connais ma Poussinette, elle y viendra quand elle sera prête, pas quand Mme La Directrice de la crèche, ou Mr le Pédiatre, aura décidé pour elle qu'il faudrait quand même qu'elle mange plus de légumes.

Ma Poussinette et moi sommes épanouies et notre allaitement se passe bien. Je ne ressens aucune urgence ni aucune envie de sevrer mon bébé. J'aurais juste souhaité un peu plus de soutien et d'ouverture d'esprit. C'est si choquant que cela de continuer à allaiter son bébé après 6 mois ???


A LIRE aussi sur le même sujet : le billet de Working Mama, "Toutes ces femmes anormales"





mercredi 29 janvier 2014

En images #3 Première sortie à la neige

Notre première sortie à la neige de la saison (et une découverte pour ma Poussinette), drôle d'hiver quand même ...

Une lumière toute douce, quelques rayons de soleils, on s'est régalé !









lundi 27 janvier 2014

Fais le toi-même

Le rendez-vous du Lundi, chez Croque Madame, c'est sur la tendance du DIY, alors forcément, moi, ça m'inspire.


Je suis la bidouilleuse, "créative" (avec de gros guillemets tout de même) de la famille, celle qu'on appelle quand on a une trop super idée, hein maman : "alors, j'ai pensé, pour Noël, j'ai vu dans un magasine, ce joli menu, et blabla bli et bla bla bla" ou encore "dit, ce serait une bonne idée si on organisait une fête surprise pour l'anniversaire de papa" en général, je sais comment ça finit, et c'est moi qui m'y colle.


Je râle, mais pour le principe ^^En vrai, j'adore ça. Faire de jolies tables, réaliser un buffet d'anniversaire, un joli album photo, emballer mes cadeaux avec soin, fabriquer une maison en pain d'épices, ...


Cette année, j'ai découvert le Chouette Kit - il me semble grâce à un post de Céline, Merci pour le Chocolat - et depuis, je suis totalement accro. J'ai appris le crochet, et je rêve d'arriver à faire ça, le shawl du chouette kit de Noël, mais les diagrammes me donnent encore un peu de fil à retordre... en plus il faut pouvoir se concentrer plus que quelques minutes et avec mes deux chipettes ... bref ...

Dernier défi : apprendre à coudre. J'ai reçu une belle machine à Noël.... y a plus qu'à !

Et sinon, les DIY, j'adore surtout les épingler : ici





dimanche 26 janvier 2014

Ma semaine en mots et en images #13

Une nouvelle semaine en tête à tête avec mes filles. J'appréhendais un peu, à cause d'une Pimprenelle plus que terrible ces derniers temps. 

Et puis finalement, c'est une petite fille plutôt cool avec qui j'ai passée la semaine. Bon, elle est têtue, hein, et surtout elle a de la suite dans les idées, mais sinon elle a été agréable, rigolote ET coopérative.

C'est ma Poussinette qui m'a fait des misères, elle qui dormait plutôt bien depuis sa naissance, a passé plusieurs soirées à hurler, se réveiller toutes les heures, ... impossible de la poser, elle ne voulait dormir que sur moi. Mal au ventre ? Les dents ? Le rhume ? Tout ça en même temps ? Bref, je manque cruellement de sommeil !!

J'ai quand même trouvé le temps de faire les soldes (c'est marrant pour ça, on arrive TOUJOURS à trouver un peu de temps ^^), pour moi (encore une fois, je crois que je suis un peu trop optimiste ^^du vernis, quelle idée !!), et pour mes chipettes ( ne JAMAIS rentrer dans un Monoprix, trop de tentations...).

Et puis, samedi, première sortie à la neige de l'année. Une Pimprenelle aux anges, elle qui attendait ça depuis des semaines, et une grande première pour ma Poussinette qui a apprécié moyennement tout l'équipement nécessaire ... On s'est régalé !







Une Pimprenelle plus qu'au taquet




jeudi 23 janvier 2014

Je suis perplexe ....

Il y a quelques jours, nous avions rendez-vous à la crèche pour faire le bilan de l'adaptation de ma Poussinette.

Il n'y avait pas grand chose à dire au final puisque cette petite fille est un amour, douce, sereine, tranquille. Si, cette *%@!# de directrice s'est quand même félicitée, parce que, c'est grâce à elle - n'est-ce pas - que ma Poussinette a accepté le biberon, parce qu'elle nous a parlé (mis la pression, moi j'aurais dit ...) et que du coup, mon bébé s'est décidé ... Ben voyons ....

Enfin, bref, ça n'est pas ça qui me rend perplexe. Elle mentionne, au cours de l'entretien que Poussinette mange bien, et que de toute façon, ils pèsent systématiquement les bébés pour vérifier. Euh .... pour vérifier quoi au juste ? Que je nourris correctement mon bébé ? Que je m'en occupe suffisamment bien ? Ils craignent que je ne sois pas assez attentive, que je ne m'en aperçoive pas si elle ne mangeait pas à sa faim ?

Je n'ai rien osé dire, pas de temps à perdre à entrer en conflit avec la directrice (et puis bon, au quotidien, nous sommes quand même très satisfaits par la façon dont la crèche s'occupe de nos chipettes), mais je me suis sentie un peu humiliée, infantilisée.

Je sais bien que la crèche accueille un public très large, avec des parents - peut-être ? - un peu moins attentifs que d'autres (enfin, j'ai quand même des doutes, je n'imagine pas une maman ne pas faire attention à l'alimentation de son tout petit ...), mais bon, quand même ... J'emmène ma fille chez le pédiatre tous les mois, et, bien évidemment, elle est régulièrement pesée (j'aurais mieux accepté je crois que, par exemple, elle me demande le carnet de santé, et encore ?), et surtout j'aime mon bébé, j'ai à cœur qu'elle soit en pleine forme, je les aurais alerté en cas de problème. Je pense être suffisamment vigilante et compétente pour m'occuper de mon bébé. Je l'ai vécu quand un manque de confiance en moi et une intrusion dans ma vie de maman.

MrGeek trouve que je suis trop susceptible, je ne sais pas ? Est-ce que c'est parce que j'allaite encore mon bébé que je suis encore plus sensible à cette question ? Vous auriez été choqué à ma place ? C'est des procédures "habituelles" dans les crèches ?






mardi 21 janvier 2014

Ma semaine en mots et en images #12

Cette semaine, nous avons encore eu droit à une Pimprenelle en mode orageuse, même si j'ai l'impression que notre nouveau rituel du soir commence à fonctionner et à nous faciliter le coucher. Et qui dit coucher plus facile, dit une Pimprenelle plus reposée et donc plus apaisée.

Grande étape également pour ma Pimprenelle : dossier d'inscription en maternelle FAIT. Reste un choix important, bilingue ou pas bilingue ? Où est passé mon bébé ? Et quand je vois ses coloriages, je me rend compte à quelle point elle grandit.

J'ai fait des provisions à la bibliothèque : suis-je trop optimiste ? ^^ En tout cas, on a déjà regardé ARGO, et c'est un excellent film, très prenant, sur une page de l'histoire que je connaissais très mal.

Mr Geek aussi, mais je crois qu'on n'a pas du tout les mêmes goûts :)

J'ai reçu mon cadeau de Noël en retard (ben dit-donc Père Noël, tu t'es perdu ??) : une machine à coudre !!! J'ai hâte de l'essayer, mais en même temps, j'ai peur de ne pas m'en sortir ... Je rêve de pouvoir faire de jolies robes pour mes chipettes !

Et dimanche, on a bien fini la semaine, avec des crêpes. Prêtes pour une semaine entre filles.









lundi 20 janvier 2014

Ma petite Fleur - ma photo favorite 2013

Zaza, Croque Madame, nous invite dans son rendez-vous du lundi à partager notre photo favorite de 2013.


La photo, c'est une de mes passions, je rêverais de pouvoir m'y mettre un peu plus (#vismavisdemaman ...) et de maîtriser un peu mieux mon Réflex et le nouvel objectif reçu pour mon anniversaire. Pourtant, c'est une photo prise rapidement avec mon Iphone que j'ai choisi, comme un instant volé, un sourire "aux anges" capturé. 


Ma Poussinette, à la maternité, c'est tellement elle, douce, sereine, tranquille et heureuse !


28 Juillet 2013

vendredi 17 janvier 2014

Pimprenelle et le terrible two, la suite

J'en parlais déjà ici, ma Pimprenelle, du haut de ses deux ans et demi, nous en fait voir de toutes les couleurs en ce moment.

Moi qui trouvais ça plutôt mignon, de la voir s'affirmer, prendre son indépendance, se confronter à la frustration, découvrir le NON, ... et bien, depuis quelques jours, on va dire que c'est nettement moins mignon ...

C'est plutôt des hurlements, des colères terribles, je me roule par terre, je tape quand je ne suis pas contente, je jette tout ce qui passe à ma portée, je casse, je détruis, ... bref, moi qui pensais avoir trouvé le mode d'emploi de ma chipette, qui comprenais ses frustrations, j'avais l'impression de trouver plutôt facilement comment débloquer la situation et dénouer le conflit, et bien là, je suis perdue .... En plus, jusqu'à présent, elle réservait ses colères pour la maison, mais ces derniers jours, même à la crèche, c'était plutôt difficile.

Ici, on a fait le choix d'une éducation bienveillante et positive, en privilégiant le dialogue, en permettant à chacun d'exprimer ses émotions, en essayant de trouver des alternatives positives à la punition, et bien sûr, sans jamais lever la main (et, face à une Pimprenelle qui exprime sa rage en tapant, je me dit qu'on a fait le bon choix : comment lui faire comprendre qu'on n'accepte pas la violence physique si on ne montre pas l'exemple ?). On essaye aussi de ne pas crier, pas facile en ce moment, tant notre Pimprenelle met nos nerfs à rude épreuve ... Jusqu'à présent, on avait toujours trouvé des solutions rapidement et plutôt facilement, aujourd'hui c'est plus compliqué, aussi parce qu'on a une petite Poussinette qui nous a rejoint, qu'on a moins de temps, moins de patience aussi sûrement et plus de fatigue.

En ce moment, le soir, c'est la catastrophe, plus rien ne marche. On a une Pimprenelle rebelle, qui ne veut plus aller se coucher, elle se relève sans arrêt, pleure, crie, ... jusqu'à près de 23 heures parfois. C'est épuisant, pour elle, et pour nous. Le matin, on doit la réveiller, et bien sûr ça ronchonne .... 

On a essayé plusieurs choses : la laisser jouer et essayer de lui laisser trouver son rythme naturel, en lui disant, "ok, tu peux jouer, mais dans ta chambre, et quand tu es fatiguée tu vas te coucher" mais on a une petite fille qui est une vraie boule d'énergie, passionnée par ce qu'elle fait (ce qui est plutôt fascinant et merveilleux, mais pas le soir à 23H ...), et qui n'arrive pas à se poser, elle dépasse clairement ses propres limites et elle est crevée le lendemain. On a essayé aussi 2-3 histoires puis tu peux lire dans ton lit, mais non, ça ne marche pas non plus, même raison qu'au dessus, elle ne s'arrête jamais. Il faut toujours que je vienne lui dire stop pour qu'elle se pose enfin et trouve le sommeil. 

Là, depuis quelques jours, j'essaye un rituel assez "strict" (dans le sens pas d'improvisation, on fait tous les soirs exactement la même chose), je lui répète plusieurs fois en début de soirée "Ma Pimprenelle, après le repas tu peux jouer un peu, puis PIPI-LES DENTS-UN LIVRE ET AU LIT". En vrai, c'est plutôt 2 ou 3 livres suivant la longueur des histoires, et puis elle négocie souvent pour faire d'abord les dents et ensuite le pipi (peu importe, du moment qu'elle accepte la routine, elle peut aussi avoir son mot à dire), et enfin, dodo. Si elle ne veut pas dormir, je lui propose de se reposer, la formulation est importante, je lui dit "d'accord, tu ne veux pas dormir si tu n'es pas fatiguée, mais tu te reposes dans ton lit". Et, j'ai l'impression qu'on arrive tout doucement à des soirées plus apaisées (je ne devrais pas l'écrire, ça va me porter la poisse ^^). Sans sollicitations, elle arrive à s'apaiser et à trouver le sommeil un peu plus rapidement.

Pour les hurlements, ce qui n'a pas du tout fonctionné : le "arrête", au contraire, elle en rajoute encore plus, j'ai aussi essayé d'exprimer nos sentiments à nous, en lui disant qu'elle nous faisait mal aux oreilles, que c'était très pénible pour tout le monde, mais non, sans résultats. Du coup, j'ai tenté le tout pour le tout, je lui ai dit, "tu es très en colère, tu veux nous le montrer en criant, alors vas-y, crie très fort, le plus fort que tu peux", et là, surprise, elle a crié une ou deux fois, puis elle s'est apaisée toute seule. A retenter donc ! 

Et puis, sinon, avec Mr Geek, notre stratégie, c'est de se relayer, quand je sens que cela devient trop dur pour moi, que j'ai du mal à me contenir, je passe le relais. Ca nous permet de souffler (et là, je dit aussi merci ma Poussinette, mon bébé d'amour, qui est si douce et calme, et qui traverse l'orage avec nous). Par contre j'appréhende un peu les prochaines absences de Mr Geek ...

On essaye aussi de se rappeler que cela ne dure qu'un temps et que notre Pimprenelle finira bien par s'apaiser. En attendant, on sert les dents et on se rappelle qu'on s'aime très fort.




jeudi 16 janvier 2014

Ce racisme ordinaire

Ces petites phrases anodines, prononcées souvent sans y réfléchir, et pourtant qui font si mal pour celui ou celle qui les reçoit ...  


Parce que, souvent, dans mon travail, les gens viennent se confier, partager ce qui les a touché, leurs souffrances, mais aussi ce racisme ordinaire auquel ils sont confrontés, je me dit qu'aujourd'hui, on a besoin d'une prise de conscience, de réapprendre à vivre ensemble, à faire preuve de bienveillance les uns vis-à-vos des autres. Caroline, à propos d'un sujet un peu différent, parlait avec justesse de ce manque d'empathie collective, c'est exactement ça. On manque cruellement d'humanité, de tolérance et d'amour de l'autre (mais je suis sûrement aussi naïve et fleur bleue qu'elle ^^).

Il faut lutter contre ce racisme ordinaire qui s'installe, cette banalisation des propos à caractère antisémite, islamophobe, ou autres, qui stigmatisent l'autre et qui l'enferment dans des clichés (et j'aurais pu rajouter, homophobe ou misogyne dans le lot sans problème ...). Personne n'a à y gagner dans cette histoire, on en sortira tous perdant si on laisse faire.


Je pense à cette maman d'origine maghrébine à qui on a fait remarquer à la naissance de ses enfants qu'elle avait choisi des prénoms français alors qu'elle n'était pas française ... ah bon, et depuis quand elle n'est pas française ? Parce que sa couleur de peau est différente, à cause de son accent ? Qu'est ce qui fait qu'on est français ou pas ? Elle m'a dit "quand même j'habite en France, je travaille en France, mes enfants sont nés en France, c'est mon pays". Je suis triste pour elle, j'ai un peu honte aussi, je pense à ces poupées aux si doux prénoms, Céline et Sandra, à qui on laisse penser qu'elles ne seraient pas des "vraies françaises" ...

Je pense à cette dame noire, très digne, très élégante, égratignée par la vie, mais à qui on a dit, lors d'un rendez-vous à Pôle Emploi, que cette lettre de motivation et ce CV "c'est pas possible, c'est quelqu'un qui vous les a fait, hein ?". Ah bon, et pourquoi, parce que je suis noire, je suis sensée être illettrée ? 


A cette autre dame, noire aussi, qui, suite à un accident de la vie a dû se résoudre à aller à la CAF faire des dossiers de demande d'aide après avoir travaillé toute sa vie, à qui l'employé qu'elle a rencontré a dit comme ça, sans y penser "Alors, on vit d'amour et d'eau fraîche ?". Elle, qui se bat tous les jours pour retrouver un emploi et sa dignité.

Et à toutes ces histoires que j'ai oubliées de noter ....


Je pense aussi que si on interrogeait les personnes qui ont prononcé ces phrases, qu'on leur faisait part de la souffrance et de l'humiliation éprouvées par ceux qui les ont entendues, beaucoup seraient surpris (mais bon je suis peut-être trop optimiste ?), et ne se considèrent pas non plus racistes. Ce que je trouve triste et grave c'est qu'on en vient à ne même plus faire attention à ces histoires de racisme ordinaire ...Pourtant, c'est à chacun de nous de se mobiliser et de résister, à chacun de nous aussi de nous remettre en question "je suis parfois aussi celui qui agresse", pour pouvoir avancer, tous ensemble.

Je veux croire qu'il est possible de lutter contre la morosité ambiante, contre les jugements hâtifs et parfois haineux, contre cette agressivité latente et ces personnes qui nous poussent à nous dresser les uns contre les autres. La France est riche de ses différences, on y gagnera forcément à avoir un regard bienveillant et respectueux les uns vis-à-vis des autres.

EDIT : à lire sur une problématique similaire, le très bon billet de La Mite Orange

L'espoir

lundi 13 janvier 2014

1 mois * 1 mot - JANVIER - moi

Même si j'ai pris du retard, voici mon 1mois * 1 mot pour le mois de JANVIER, toujours sur une idée de Marjoliemaman.

Cette rubrique me tient à coeur, car je la vois comme une liste de bonnes résolutions, mais qu'on prendrait tout au long de l'année, pas après pas, en essayant vraiment de changer nos habitudes.

Alors, ce mois-ci, j'ai décidé de penser un peu à MOI, à mes envies, toutes ces petites choses qui me trottent dans la tête, mais que je remets sans cesse à plus tard, parce que trop fatiguée, trop de travail, trop de ménage, de lessives, de vaisselle, ...

Alors, c'est décidé, ce mois-ci, je pense à moi, la maison sera peut-être un peu moins bien rangée, la bassine à linge risque de faire la gueule, mais j'ai vraiment besoin de me retrouver, de me faire plaisir, pour pouvoir me consacrer aux autres avec sérénité, profiter de mes chipettes, en étant plus épanouie moi-même. 

Le challenge risque d'être difficile, et je sais plus qu'il faut être patiente, ma Poussinette n'ayant que 5 mois, mais je prends la bonne résolution en ce mois de janvier de prendre, de temps en temps, un peu de temps pour moi, pour faire ce qui me plait : lire (3 livres m'attendent à la bibliothèque), "chouettekitter", cuisiner, apprendre à mieux maitriser mon Reflex, crocheter, scrapbooker (et enfin terminer l'album de ma Pimprenelle ...), ah, et puis bloguer aussi, hein. Voilà ma petite liste d'envies.



Et j'ai déjà commencé, en réalisant les deux manchettes de mon Chouette Kit de décembre. C'est malin, maintenant, j'ai envie d'en faire plein d'autres !!



dimanche 12 janvier 2014

Ma semaine en mots et en images #11

Une semaine de reprise après les vacances, plutôt piquante comme dirait Miss Brownie.

Une Pimprenelle en mode atroce, qui a passée une bonne partie de son temps avec nous à hurler, se rouler par terre, donner des coups de pieds, jeter tout ce qui passait à sa portée, et "le yambon sur les pâtes" et puis finalement "nooooooon, à côté maman", et puis non, ça ne va toujours pas, et vas-y que je hurle et que je balance l'assiette .... elle a mis nos nerfs à rude épreuve, et il a fallut mobiliser toutes nos réserves de patience et de bienveillance pour traverser l'orage (j'avoue, on a craqué une ou deux fois et crié plus fort qu'elle, ce qui bien entendue n'a servie à rien). Bref, l'horreur ! (Et moi qui trouvait que le terrible two c'était pas si terrible, j'aurais mieux fait de me taire ^^)

Et puis, comme pour nous faire mentir, elle a terminé la semaine, en étant agréable, blagueuse, plutôt conciliante (elle a deux ans, hein, faut pas trop en demander non plus ^^), un amour de Pimprenelle, qui est allée se coucher sans un cris, sans une larme, en douceur. Bonheur !

Sinon, ma Poussinette a trouvé son pouce, bonne ou mauvaise nouvelle, je ne sais pas, quoi qu'il en soit voici pour elle, qui, comme sa soeur, a toujours refusé la tétine, un moyen pour elle de s'apaiser et de patienter. On a testé des hamburgers végétariens, recette perfectible, mais c'était super bon ! J'ai fait le grand ménage dans la chambre des chipettes : tri des jouets, on jette, on garde, on donne, on met au garage. Et on a fêté l'anniversaire de ma petite soeur en famille avec des coeurs.









mercredi 8 janvier 2014

La fée cuisine #2 Les Madeleines

A Noël, j'ai reçu une plaque pour faire des madeleines maison. 

Une chouette idée cadeau puisque j'adore faire la pâtisserie, et qu'en plus, avec Mr Geek, on essaie de repenser notre mode de consommation, en faisant attention à la composition des produits (on fait la chasse aux E machin chose et additifs en tout genre), et du coup on "essaie" de se motiver à faire nous-même tout ce qui nous semble à notre portée. Les biscuits, vue notre consommation plus que modérée et les cochonneries qu'il y a dans la majorité de ceux qu'on trouve au supermarché, cela vaut carrément le coup (et financièrement aussi !).

Je suis donc partie à la recherche d'une recette de madeleines dans mon bouquin préféré, Le Larousse des desserts, de Pierre Hermé (aussi un cadeau d'un Noël précédent : décidemment, le Père Noël veut me faire cuisiner !!).

Pour réaliser vos madeleines maison, il faut donc :

100gr de beurre
100gr de farine
3gr de levure
120gr de sucre
2 oeufs

(le bouquin propose d'y ajouter le zeste d'un quart de citron, mais avec ma Pimprenelle, j'ai préféré tester la version nature pour une première)

Tamiser la farine avec la levure
Faire fondre le beurre, puis le laisser refroidir
Fouetter  les oeufs avec le sucre pendant 5 minutes, le mélange doit devenir mousseux
verser le mélange farine / levure en pluie et continuer de tourner
incorporer le beurre
remplir les moules aux 2/3

Faire cuire au four 3 minutes à 220°, puis 5 minutes à 200° (attention, cela dépend vraiment de votre four, ma recette préconisait 5 minutes à 220° puis 10 minutes à 200°, mais c'était beaucoup trop).

Je vous conseille aussi de laisser reposer la pâte une petite demi-heure pour que les madeleines gonflent bien.

J'ai fait 24 madeleines avec cette quantité d'ingrédients, et elles ont été dévorées. Elles ont fait l'unanimité : bien meilleures que leurs copines industrielles ! (je dirais même, rien à voir en fait !!)




lundi 6 janvier 2014

Ma semaine en mots et en images instagram #10

Oh là là, 3 semaines à rattraper d'un coup. 

Il faut dire que la dernière semaine avant Noël est toujours un vrai marathon pour moi, côté boulot, plus de week-end ni de soirées, un rythme de folie jusqu'au 24 décembre inclus.

Puis, 2 semaines de vacances bien méritées, où on s'est retrouvé en famille, on a fêté, on a partagé, le Père Noël nous a gâté, on s'est amusé, on a vu la mer (pas assez longtemps, promis ma Pimprenelle, on y retournera), j'ai "chouettekité" et j'ai cuisiné.

On a célébré le passage à la nouvelle année, en profitant d'une journée en famille à Europa Park.

Deux belles semaines, où on a fait le plein d'énergie et d'amour, avant la reprise.

J'en profite pour vous souhaiter une belle année 2014, pleine de générosité, de solidarité et de bienveillance.


le marché de Noël de Mulhouse

on collecte

sapin

célébration

une Pimprenelle gâtée

des heures de jeu en perspective

Hippos gloutons

la mer

une journée magique à Europa Park

Bonne année !

ma manchette, avec mon Chouette Kit de Noël

des madeleines maison


dimanche 5 janvier 2014

Concilier allaitement et travail

Je profite de ma semaine de vacances pour faire un peu le point. Cela va faire 2 mois que j'ai repris le travail, tout en poursuivant l'allaitement de ma Poussinette.

Pour Pimprenelle, la crèche n'acceptait pas que l'on ramène des biberons de lait maternel, le choix de la passer en mixte dès ses 3 mois s'est donc fait tout seul, puisque je ne me voyais pas traverser la ville 3 ou 4 fois par jour pour venir l'allaiter sur place. On a poursuivit ainsi jusqu'à un peu plus de 6 mois.

Mais pour ma Poussinette, 2 ans plus tard, la crèche accepte maintenant qu'on apporte des biberons de lait maternel. Même si le lait infantile est un substitut acceptable (le meilleur qu'on ait trouvé jusqu'à maintenant), je suis intimement persuadée que mon lait est ce qu'il y a de meilleur pour mon bébé. Et puis, comme il est fort probable que ce soit ma dernière (ne jamais dire jamais, certes, mais bon ...), j'ai envie de prolonger ce lien très fort avec ma toute petite le plus longtemps possible. Je me suis dit, pourquoi pas, on tente le coup, mais sans pression non plus, si cela ne marche pas, pas d'acharnement.

Alors ? Honnêtement, les débuts ont été difficiles, il a fallut trouver notre organisation, ma Poussinette a dû s'adapter au biberon, mon corps aussi a dû trouver son rythme.

Ma Poussinette boit en ce moment 2 biberons de 150ml environ à la crèche. J'avais fait quelques réserves en prévision de la reprise. Au départ, je tirais mon lait le matin (un biberon de 150ml) et je décongelais un sachet de 150ml également. Mais, mes réserves diminuaient trop rapidement, et le week-end, je n'arrivais pas à tirer assez pour la semaine. En plus, ma Poussinette ayant décidé qu'elle préférait attendre maman, s'est remise à téter plusieurs fois la nuit alors que cela faisait plusieurs semaines qu'elle ne se réveillait plus qu'une fois (voire certaines nuits, carrément plus du tout !!), du coup, le matin, j'avais beaucoup de mal à tirer assez (être très fatiguée n'aide pas non plus ...). J'ai donc changé de stratégie : je tire maintenant mon lait le soir. Comme le lait maternel se conserve 24H au frigo, je prépare comme ça directement les biberons du lendemain pour ma puce. Evidemment, le timing est serré, et si je rentre un peu plus tard que d'habitude, ça risque d'exploser (en effet, j'arrive à tenir, sans avoir besoin de tirer mon lait au cours de la journée, ce qui tombe bien car au travail, je n'ai pas vraiment la possibilité de le faire).

Pour le moment, on a trouvé notre équilibre comme ça. Biberons de lait maternel à la crèche, et pour les vacances et week-end, uniquement le sein de maman. Ma Poussinette profite et moi aussi. On verra avec la diversification alimentaire comment adapter à nouveau notre organisation. Je ne fais pas de plans pour l'avenir, mais tant que ça marche, on continue !

Mes "conseils" (facile à dire, hein, puisque chacune fait avec ses contraintes, son corps, ses envies) pour réussir son allaitement en reprenant le travail :

* S'équiper d'un tire-lait électrique : le mien m'a été prescrit par une sage-femme conseillère en lactation à la maternité, à qui j'avais parlé de mes difficultés lors de mon premier allaitement (engorgement, mastite, etc ...). Indispensable pour ne pas passer des heures à tirer son lait.

* Anticiper la reprise du travail et faire des réserves : ici, j'utilise les sachets Lansinoh (chers mais solides, ils ne se percent pas lors de la décongélation). Mes réserves me servent quand je rentre un peu tard et que papa doit donner un biberon, ou alors quand je suis très fatiguée et que j'ai un peu moins de lait.

* Pas de biberons les week-end ou en vacances, pour continuer à avoir assez de lait.

* Optimiser ses journées de travail : je réduis ma pause de midi pour pouvoir rentrer plus tôt. Si vous avez un employeur compréhensif, ceci dit - et c'est pas gagné, car c'est encore plutôt inhabituel de poursuivre son allaitement après la reprise du travail. Ici, on me regarde un peu étrangement quand je refuse certaines réunions le soir ou des déplacements le week-end parce que j'allaite ma fille (enfin bon, j'ai échappé aux remarques désobligeantes pour le moment).

* Se faire confiance et écouter son bébé.

Alors, bien sur, ici, cela marche aussi parce qu'on habite à 2 minutes de la crèche, que je peux donner le sein à mon bébé juste avant de partir et qu'il me faut une dizaine de minutes seulement pour aller à mon travail. J'optimise bien mes journées pour ne pas rentrer trop tard,et donc pour n'avoir que 2 biberons seulement à préparer.

Bonne chance à celles qui veulent tenter l'aventure, c'est souvent épuisant, mais cela en vaut la peine !